O MAX CONNEXION Vous partage un article intéressant du site CNET 

Aujourd’hui il n’est plus indispensable de posséder une montre quand on veut connaitre l’heure, ce sont plutôt les smartphones que notre poignet que l’on va avoir le réflexe de regarder. Mais on peut porter une montre pour bien d’autres raisons, comme celles que l’on dit connectées et qui relaient les notifications et appels sans avoir à dégainer son mobile.

Le modèle que le fabricant Withings vient de dévoiler n’a toutefois pas ce but premier. La ScanWatch est une montre connectée qui affiche clairement son objectif : améliorer la santé. Le fabricant a proposé à quelques testeurs de prendre en main son nouveau produit dont les mesures ont déjà été validées par trois études cliniques au niveau des mesures de fibrillation auriculaire et de saturation en oxygène dans le sang. Une autre est en cours concernant la détection de l’apnée du sommeil.

Après avoir testé et apprécié plusieurs produits de la marque comme le BPM Core et le Sleep Analyzer, nous voici aux prises avec une montre connectée dont les possibilités annoncées vont bien au-delà de celles offertes par les autres modèles Withings comme la Move ECG et la Steel HR. On retrouve toutefois un design assez proche, tant dans le packaging que pour la montre en elle-même. La pochette livrée ne servira que pour le transport du chargeur.

Comme avec les autres modèles Withings l’aspect sobre mais élégant de la ScanWatch plaira à ceux qui préfèrent le look des montres analogiques aux montres connectées. Le cadran secondaire du bas indique l’activité quotidienne, le nombre de pas effectués par défaut, mais il est possible d’ajuster cette mesure via l’application. Au dessus un écran LED peut afficher diverses informations dès qu’un appui est fait sur le bouton, on y reviendra.

Au dos de l’appareil se trouvent les capteurs santé, on aperçoit aussi les contacts qui vont servir au rechargement de la montre. Withings promet un mois d’autonomie, une éternité comparé aux quelques heures proposées par les concurrents les plus en vue comme l’Apple Watch ou Galaxy Watch.

Et justement, la comparaison n’a pas vraiment de sens. La ScanWatch n’est pas une montre connectée classique et n’a pas pour vocation première à vous garder connecté en permanence avec votre smartphone même si elle offre quelques possibilités en ce sens. Son but est clairement la santé avec une liste de mesures très alléchantes que l’assistant vous laisse entrevoir durant la mise en route :

  • Électrocardiogramme – Détection de la fibrillation auriculaire
  • Perturbations respiratoires via capteur PPG et accéléromètre
  • Fréquence cardiaque
  • Notifications en cas de fibrillation auriculaire, fréquence cardiaque haute et basse
  • Activité (pas, calories, distances)
  • Suivi du sommeil (Apnée, léger, profond)
  • GPS connecté – Suivi multi-sports (via le smartphone)
  • Élévation

Grâce à l’application simple et bien conçue de Withings, la mise en route est une formalité, même pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec les technologies. Le bouton déclenche l’affichage du cadran supérieur et ne servira pas à ajuster l’heure puisque la montre synchronise automatiquement les aiguilles via l’heure détectée sur le smartphone.

L’écran va aussi servir à relayer des notifications mais sans offrir la possibilité de répondre. La navigation dans l’interface de la montre avec l’unique bouton est simple et vite assimilée. Le port est agréable et la montre s’oublie vite. D’autre part elle semble résistante et après quelques jours ne montre aucune rayure malgré les chocs. Enfin, Withings indique qu’elle résiste à une immersion jusqu’à 50m. Nous n’irons pas si profond mais les douches, bains de mer jusqu’à 5 mètres de profondeur et séjour dans le sable et la vase n’ont pas semblé lui poser problème.

Navigation dans la montre et mise en route de l’application

Après cette rapide prise en main prometteuse, et avant de nous intéresser aux réels buts de cette montre, analysons d’abord quelques points liés à la montre en elle même et à la mise en relation avec l’application pour la mise en route.

Et avant le cadran, parlons bracelet. Celui livré par défaut avec la ScanWatch est un bracelet standard de 18mm pour la version avec un cadran de 38mm de diamètre (le modèle testé ici) ou de 20mm pour la version avec cadran 42mm. Si le bracelet est assez agréable à porter, la matière en silicone du bracelet livré n’est pas forcément la plus confortable si vous êtes amené à faire beaucoup de sport ou à être en contact fréquent avec l’eau comme cela a été notre cas.

En effet la montre a besoin d’être portée relativement serrée pour une mesure optimale des capteurs. La transpiration et l’humidité situés entre la peau et le silicone ne s’évacuent pas de façon efficace. Un bracelet cuir ou textile aurait certainement été plus adapté. Heureusement, ce n’est pas un problème quand on peut choisir son bracelet à l’achat, ce qui est le cas sur plusieurs sites, mais cela méritait d’être souligné. D’autre part notez que la compatibilité avec les bracelets standard n’oblige pas à se fournir chez Withings pour cet accessoire et qu’une petite baguette présente sur le bracelet facilite son retrait.

Le cadran de taille 38mm convient bien pour un poignet fin comme celui présenté en photo. Le verre utilisé est un verre saphir conçu pour résister aux rayures et aux chocs. Nous n’avons pas tenté de ménager la montre qui en a subi quelques uns involontairement, parfois assez rudes, et après 6 semaines d’utilisation aucune rayure même infime n’est apparue.

Les aiguilles ne sont pas rétro-éclairées mais une simple pression sur l’unique bouton permet d’activer l’écran rond de 13 mm de diamètre qui indique aussitôt l’heure et la date en ajustant sa luminosité en fonction de celle ambiante. Il est aussi possible d’activer la fonctionnalité « Quicklook » qui va détecter lorsque vous ferez ce mouvement typique pour regarder l’heure et allumer l’écran sans intervention sur le bouton.

Ce paramètre est d’ailleurs immédiatement accessible dans l’interface de la montre, sans passer par l’application. Nul besoin d’un mode d’emploi pour naviguer dans cette interface où seuls deux mouvements sont possibles : la pression ou le défilement sur la molette. Outre les fonctionnalités santé que l’on va voir plus tard, quelques paramètres (Quicklook et ne pas déranger) sont accessibles directement mais aussi des fonctions classiques pour une montre : chrono, alarme et minuteur.

Le tour de la montre en elle même est vite fait et les premières impressions sont bonnes. L’installation ne pose pas de problème non plus. On est guidé par diverses étapes comme la synchronisation en Bluetooth, celle-ci doit être permanente pour une utilisation optimale de la montre, ce qui signifie qu’il restera activé sur votre smartphone. Comme on l’a déjà souligné, la mise à l’heure se fait de façon automatique en synchronisation avec le smartphone, le bouton poussoir ne permet de toute façon pas de bouger les aiguilles.

S’ensuit divers écrans d’explications simples, courts et clairs qui seront utiles à la compréhension. Certains vous demandent aussi une intervention pour indiquer sur quel poignet vous portez la montre, si vous souhaitez activer certaines fonctions ou votre niveau d’activité physique. Tous ces réglages seront ensuite accessibles et modifiables via l’application Health Mate.

Dernier point avant de s’intéresser aux fonctions santé, la montre permet de relayer les notifications du smartphone. Pour éviter que la montre ne vibre en permanence il est possible de choisir quelles notifications vont être relayées en sélectionnant les applications élues dans l’interface de l’appli Healmate, le plus intéressant étant celles concernant l’arrivée de messages SMS, les appels, et évidemment les notifications santé.

Le relais fonctionne assez bien si la connexion Bluetooth est stable. Un appel va provoquer une vibration et afficher le nom du correspondant mais la montre ne permet pas de répondre ou de refuser l’appel. Idem pour les SMS que l’on peut lire sur le moment et faire défiler avec la molette lors de la réception mais rien ne permet de revenir sur le dernier reçu ou de marquer un message comme lu. Cela dépanne bien toutefois pour éviter de sortir son mobile lors des appels ou SMS qui ne nécessitent pas une réponse immédiate. Withings s’est toutefois concentré sur d’autres fonctionnalités.

Fonctions santé et suivi d’activité

Rentrons à présent dans le vif du sujet avec le principal intérêt de la ScanWatch : les fonctions et suivi santé. D’une part les capteurs vont analyser divers paramètres santé le jour et la nuit, mais aussi suivre vos efforts physiques.

Détection de la fibrillation auriculaire et électrocardiogramme

Outre les signes de fibrillation auriculaire surveillées régulièrement pendant la journée, la montre vous alerte par une notification s’il détecte un problème, la ScanWatch permet de lancer un électrocardiogramme à la demande à tout instant. Cela se passe simplement via les menus de la montre. L’ECG est réalisé avec la main opposée au poignet qui accueille la montre, posée sur la couronne de l’appareil.

En 30 secondes on obtient un résultat aussi bien sur le cadran de la montre que dans l’application qui indique le nombre de battements par minute et affiche l’enregistrement. Attention toutefois, la montre ne détecte pas les AVC ou crises cardiaques comme cela est rappelé sur de nombreux écrans.

Il est possible d’obtenir une moyenne de la fréquence cardiaque quotidienne de la journée et de la nuit dans l’application.

Saturation en oxygène (SpO2)

La mesure de saturation en oxygène, c’est à dire la quantité d’oxygène présent dans le sang, se fait lui aussi à la demande. Withings explique l’utilité de cette mesure qui doit donner un résultat entre 90 et 100% pour être considérée comme normale : « Une bonne oxygénation de votre sang est importante pour fournir l’énergie nécessaire au fonctionnement de vos muscles. Cela est d’autant plus important lors d’une activité sportive. »

Le résultat s’affiche de façon claire sur la montre et sur l’écran de l’appli Healmate.

Analyse du sommeil

On avait pu tester le style de suivi du sommeil de Withings grâce à son appareil Sleep Analyzer qui suivait remarquablement bien les phases de sommeil et d’éveil. La montre ScanWatch permet de réaliser la même mesure en la gardant en permanence au poignet. Elle va détecter le sommeil profond, léger, la durée et les interruptions du sommeil et à terme alerter sur un problème éventuel au niveau de l’apnée du sommeil.

Cette dernière fonctionnalité est toujours en cours de certification au moment de l’écriture de ce test à cause d’un retard dû à la situation liée au coronavirus Covid-19. En revanche la montre ne permet pas de détecter les ronflements comme le fait le Sleep Analyzer. S’il est difficile de juger si les périodes de sommeil profond et léger sont exactes, l’heure du coucher ainsi que les interruptions sont quant à elles correctement reconnues de façon automatique.

Suivi de l’activité physique et sportive

Pour chaque jour une page récapitulative est proposée dans l’application. On a vu plus qu’elle affichait le rythme cardiaque moyen et permet aussi d’évaluer le nombre de pas réalisés mais aussi le nombre d’étages montés, la distance parcourue et une indication sur les calories dépensées.

Au niveau sportif la ScanWatch est censée être capable de repérer automatiquement certaines activités comme le vélo ou la natation. Cela n’a pas l’air d’être vraiment au point puisque de multiples séances de vélo ont été repérées même quand ce n’était pas le cas, lors d’un déplacement court en voiture par exemple. Il est possible de retirer manuellement les fausses détections à postériori dans l’appli ou d’ajouter manuellement celles qui n’auraient pas été reconnues.

Le plus simple est toutefois de déclencher le début de la séance manuellement avec la montre. Celle-ci ne présente que peu d’intérêt pour certaines activités comme la musculation (seuls la durée et le rythme cardiaque sont enregistrés), mais devient plus intéressant pour la marche, la course ou le vélo, uniquement quand on conserve le smartphone avec soi. La ScanWatch ne possède en effet pas de GPS intégré et utilise celui du smartphone.

 

D’autre part il manque une fonctionnalité qui permettrait de suivre facilement avec la montre la distance parcourue (seul le temps s’affiche en direct). La distance est bien indiquée sur le smartphone mais cela oblige à sortir l’appareil pour le consulter, ce qui n’est pas pratique pendant une course.

Après une séance, on peut trouver un rapport complet sur la distance, le parcours, la fréquence cardiaque et même obtenir un score cardio permettant de se situer par rapport à la moyenne des personnes d’âges équivalents.

On note toutefois que la mesure a été interrompue aux trois quarts de la course. Pour capturer l’écran et regarder comment se comportait l’application pendant la séance, nous avons dû mettre en pause quelques secondes et mal réajuster la montre ou faire une manipulation qui a interféré avec les mesures. Encore une fois, il faut que la montre soit bien positionnée proche de la peau pour que les mesures s’effectuent de façon optimale.

Priorité à la santé

Il est difficile de comparer la ScanWatch aux autres montres connectées classiques. Si elle permet quelques interactions avec le smartphone comme le relais des notifications, elle ne possède pas les capacités des Apple Watch ou Galaxy Watch. Elle possède toutefois plus de possibilités au niveau santé que la plupart des montres consacrées au suivi de l’activité et de la santé comme la Move ECG de la même marque.